Archives de Catégorie: couple

La Saint Valentin, fête des célibataires

Être célibataire à la St Valentin, ce n’est pas forcément une occasion de broyer du noir.
La date du 14 février peut constituer un moment idéal pour rencontrer l’âme soeur, ou tout simplement pour passer une soirée amusante entre amis.

Rituels d’autrefois…
Autrefois, la Saint Valentin était une fête essentiellement dédiée aux célibataires.
Dans les villages, elle donnait lieu à des festivités dont le seul but était de permettre aux jeunes gens de trouver l’âme soeur.

A l’heure actuelle…
De nos jours, les rencontres et les déclarations d’amour peuvent avoir lieu tous les jours de l’année.
Pourtant, pour beaucoup de gens, le « coup de pouce  » symbolique qu’est la date d’une fête dédiée à l’amour peut s’avérer utile car cette date incite à oublier sa timidité et ses complexes

Puisqu’il est question de s’amuser…
Une chose est certaine, que l’on soit un(e) romantique contrarié(e) ou un(e) fêtard(e) invétéré(e), il ne faut pas passer la soirée de St Valentin en solitaire.
Si les soirées destinées à favoriser les rencontres ne correspondent pas à vos attentes du moment, organiser une soirée dans un tout autre registre en réunissant quelques célibataires du même sexe façon « soirée pyjama » avec un esprit régressif!

La fête de l’amitié
Aux États-Unis, la fête de la Saint Valentin est tout autant la fête de l’amour que celle de l’amitié.
Ce qui permet à tout le monde de la fêter joyeusement, y compris les enfants qui s’envoient des cartes de St Valentin pour se témoigner affection et amitié.
De ce fait, la Saint Valentin est une fête qui n’oublie personne.

Alors BONNE SAINT VALENTIN!


4 types d’hommes à fuir

Certains profils masculins peuvent sembler attirants, mais gare aux femmes qui s’y intéressent ! Ils risquent de les rendre malheureuses à long terme.
1. Le vorace. Une fois que vous lui aurez cédé, cet homme ne vous lâchera plus. Le vorace n’en a jamais assez : argent, travail, amour et affection, il veut tout, tout de suite. Il est de ce fait très dépendant de sa compagne, ce que l’on peut confondre à tort avec de l’amour.
2. Le passif. C’est un homme qui ne prend pas les devants, que ce soit sur le plan sexuel (il ne prend pas l’initiative mais se contente d’être « réactif ») ou sur le plan relationnel (il se laisse aller dans une histoire sans jamais vraiment s’engager).
3. Le perdant. Il ne se sent jamais à la hauteur et n’a aucune confiance en lui. Du coup, il a un peu tendance à s’enfoncer dans une spirale d’échec : par exemple, à ne pas chercher d’amélioration alors qu’il est employé à un poste qui est bien en deçà de ses compétences réelles.
4. Le macho narcissique. Celui-ci, on ne le présente plus. C’est un Don Juan qui n’est pas très au fait des avancées qui ont eu lieu en termes d’égalité des sexes… Il estime que c’est à lui de séduire, à lui de décider quand et comment faire l’amour, ou simplement où aller dîner.


4 profils féminins à éviter

Certaines attitudes féminines peuvent être néfastes à l’épanouissement amoureux. Voici lesquelles.
1. La guerrière. C‘est une femme de caractère, sûre d’elle, organisée, autoritaire. Elle conduit son travail et son couple d’une main de fer. A trop « jouer à l’homme » pour se faire respecter, la femme guerrière a un peu enfoui son côté féminin, sa sensibilité, sa créativité.
2. La machiste. Elle pense comme les machos, qu’une femme qui met en valeur sa féminité est une nunuche qui se soumet aux désirs masculins. Elle préfère se faire respecter par la force, voire la violence.
3. Celle qui n’aime pas les hommes. Elle est persuadée que l’homme est son ennemi numéro un, qu’il ne pense qu’à martyriser les femmes. La plupart du temps, c’est parce qu’elle a souffert par un homme, et qu’elle craint que cela se reproduise. Aussi, elle se défend en se montrant agressive, voire méprisante et blessante.
4. La croqueuse d’hommes. Un véritable Don Juan au féminin ! Elles voient les hommes comme des objets destinés à leur procurer plaisir, flatterie et obéissance, et qu’elles utilisent comme bon leur semble. Finalement, ce sont des conquérantes qui ne cherchent qu’une chose : savoir qu’elles ont du pouvoir.