Recensement Général de la Population et de l’Habitat, faux départ

Le Recensement Général de la Population et de l’Habitat de Côte d’Ivoire, lancé à Bouaké le samedi 15 mars, a commencé officiellement le lundi 17 mars avec un budget de 12 milliards de FCFA.
Il doit être effectué par des jeunes qui sillonneront tout le pays pour récolter des informations dans les ménages en Côte d’Ivoire.
Mais on voit déjà des couacs dans l’organisation du recensement.
D’une part, alors que le recensement devrait déjà avoir commencé, on apprend que ces jeunes recenseurs sont encore en formation, avec 5000 FCFA chacun pour les 12 jours de formation soit 415 FCFA/jour:
Ce qui est trop peu.
D’autre part, ils seront payés 110000 FCFA pour le mois pendant lequel se fera le recensement, y compris les frais de communication, de transport, d’hébergement:
Là ça frise le ridicule.
Si le gouvernement Ivoirien ne revoit pas sa copie, le travail risque d’être baclé à tous les niveaux (à la place des agents recenseurs, qui serait motivé ?).
Pourquoi ne pas augmenter le budget pour mieux payer les jeunes agents recenseurs et avoir des statistiques fiables?


Opération nawa, ça ne fait que commencer

Un important réseau de trafic d’enfants destinés au travail forcé en Afrique de l’Ouest vient être démantelé grace à l’opération Nawa.
Lancée il y a 2 ans par la Côte d’Ivoire et l’ONG Child right, cette opération a permis l’arrestation de 84 personnes impliquées et la libération de 44 enfants.
Ces enfants ont même déjà été placés dans un orphelinat.
Il était temps de réagir car la majorité des enfants travaillant dans les plantations de cacao sont en Côte d’Ivoire et au Ghana.
Ce trafic est organisé par des étrangers dont des Africains et le pire c’est que les parents de ces enfants sont souvent complices (vu qu’ils reçoivent de l’argent en échange).
Mais Mme Patricia Sylvie Yao, présidente du comité de surveillance de la lutte contre ce trafic, a averti que ce n’est qu’un début pour neutraliser ces négriers d’un nouveau genre.


La police universitaire donne des cours de violences

Après les violences qui ont eu lieu sur le campus de Cocody à Abidjan du fait de la police universitaire, les professeurs sont en grève depuis le 03 mars.
Pendant ces 3 jours, cette police désormais sans leur tenue bleue était regroupée devant son siège.
Les enseignants ont repris les cours ce vendredi 07 mars après avoir obtenu le retrait physique et écrit de cette police (appliqué par Conseil de l’université de Cocody) et la radiation des 20 éléments de cette police universitaire reconnus coupables des violences.
Les professeurs et les étudiants demandent aussi la police nationale sur le campus de Cocody pour assurer leur sécurité.
Le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, M Ibrahim Cissé Bacongo a perdu son bras de fer avec la présidente de l’université de Cocody, Madame Bakayoko Ly Ramata.
C’est elle qui avait suspendu provisoirement les activités de la police universitaire sur le campus et promis de saisir le gouvernement pour obtenir son départ.
On se demande quelle formation a reçu cette police universitaire et surtout pourquoi M Ibrahim Cissé Bacongo tenait absolument à les protéger de toute sanction?


Des scalps sur la tête des femmes noires

Les femmes noires détestent leurs cheveux apparemment.
Et les femmes en Côte d’Ivoire comme les autres femmes noires sont déjà devenues des spécialistes en mèches, tissages, perruques et autres artifices pour cheveux.
Maintenant elles utilisent même des mèches humaines qui sont généralement des cheveux de femmes en Inde (comme des scalps modernes!) au lieu des mèches synthétiques qui sont en caoutchouc.
Mais ces mèches « made in India » coûtent cher (facilement 50000F CFA) et on ne sait pas vraiment à qui ces cheveux appartenaient (à une femme malade ou même à un cadavre de la morgue).
Elles veulent être belles et séduire mais à quel prix?


Forum e-handicap

On oublie trop souvent les handicapés quand on parle des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC).
D’ailleurs, les sites internet répondant aux normes et donc pouvant être consultés par les handicapés sont rares sur la toile.
Alors qu’il y a une pléthore de sites web ne respectant en rien ces normes du web.
Et ce n’est là qu’un aspect du problème des handicapés dans les TIC.
C’est pour traiter de ce problème souvent minimisé que se tiendra le forum e-handicap à Abidjan du 05 mars au 07 mars 2014.


SOTRA (SOciété de TRacasserie d’Abidjan)

A Abidjan, la SOTRA se distingue trop souvent négativement tant auprès de ses usagers qu’auprès des personnes qui n’empruntent pas leurs bus.
On connaissait les bus irréguliers qu’on attend longtemps aux arrêts, les chauffeurs de bus qui sautent certains arrêts pour on ne sait quelle raison, les bus mal entretenus qui tombent en panne en chemin, …
La nouvelle trouvaille de cette société est l’amende de 22500 FCFA infligée à certains conducteurs pour récupérer leurs véhicules:
La police SOTRA dit appliquer cette amende aux conducteurs des véhicules qui circulent sur les voies réservées aux bus de la SOTRA.
Mais on remarque que pendant qu’elle met l’amende à un conducteur soit disant « en faute », d’autres véhicules passent impunément devant elle sur cette voie réservée.
Et puis, elle propose même de négocier pour payer la somme de 9550 FCFA (elle refuse 10000 FCFA), si le conducteur dit ne pas pouvoir payer l’amende de 22500 FCFA.
Combien de temps ça va encore durer tout ça?


Banque panafricaine vraiment Africaine

La banque … (pas de publicité ici) censée être panafricaine, est vraiment une banque Africaine car il n’y a que les Africains pour ne jamais s’entendre et être leurs propres ennemis.
Depuis que M Thierry Tanoh est devenu directeur général de cette banque, c’est une vraie guerre au sommet de la banque.
S’affrontent d’un côté les pro-Thierry Tanoh et de l’autre les anti-Thierry Tanoh qui eux le voient comme un trouble-fête venu auditer leur gestion opaque.
Et maintenant, la cerise sur le gâteau ce sont les administrateurs Sud-Africains qui lancent une OPA hostile contre la banque.
A cette allure-là, cette banque panafricaine risque de finir comme air-ivoire, air-afrique ou pas!